Logo COREVIH PACA Est

Communiqué de presse

3 avril 2019

25 ans de Sidaction

Vih/sida : la baisse des prises en charge pour nouvelles contaminations en un an se confirme dans les Alpes-Maritimes !

> Santé Publique France livre les chiffres relatifs à l’évolution du VIH en France en 2017

>A Nice et dans les Alpes-Maritimes, on note entre 2017 et 2018 une baisse de plus de 30 % des prises en charge pour nouvelles contaminations

>Le projet « Objectif Sida Zéro », qui rassemble l’ensemble des acteurs locaux contre le sida, priorise plusieurs actions pour mettre fin à l’épidémie en 2030 dont la généralisation du dépistage régulier chez les populations les plus exposées au VIH et une promotion des outils de prévention dont le préservatif et la PrEP

> « Objectif Sida Zéro » va lancer avec « Vers Paris Sans Sida » dès le mois de juillet prochain un projet pilote innovant visant à faire du dépistage VIH un réflexe banal et répété

A quelques jours des 25 ans de Sidaction, Santé Publique France livre les chiffres relatifs au VIH/sida en France en 2017. Le COREVIH Paca-Est (coordination régionale de lutte contre le sida) qui rassemble l’ensemble des acteurs locaux mobilisés contre le VIH, tient à rappeler la singularité des chiffres dans les Alpes-Maritimes qu’il a commencé à dévoiler lors de la Journée Mondiale contre le sida le 1er décembre dernier. Une baisse des prises en charge des nouvelles contaminations se confirme.

Entre 2017 et 2018, le nombre de personnes adressées dans les services spécialisés suite à la découverte d’une infection par le VIH a baissé de plus de 30 % dans les Alpes-Maritimes*. Cette baisse concerne particulièrement les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes. Cette tendance semble spectaculaire mais est attendue : en effet, en 2019, nous savons comment prévenir efficacement les infections par le VIH.

Ces résultats sont le fruit des efforts coordonnés des personnes issues des groupes vulnérables au VIH qui décident de leurs stratégies de prévention,  des acteurs rassemblés au sein du COREVIH Paca-Est (médecins, collectivités, acteurs associatifs…) et de la prise en compte de l’ensemble des stratégies de prévention aujourd’hui à notre disposition : dépistage répété dans les populations stigmatisées socialement donc exposées particulièrement au VIH (homosexuels masculins, personnes transgenres, migrants, usagers de drogues…), promotion du préservatif, traitement efficace des personnes vivant avec le VIH et déploiement du traitement préventif (PrEP) pour les personnes séronégatives.

Depuis 2016 en effet, la PrEP consiste à faire bénéficier les personnes les plus exposées au VIH d’un médicament préventif, assorti d’un suivi régulier de santé sexuelle afin de dépister et traiter les infections sexuellement transmissibles. La PrEP est entièrement prise en charge par la sécurité sociale. Grâce à l’offre coordonnée initiée dès janvier 2016, près de 600 personnes bénéficient de la PrEP dans les Alpes-Maritimes* et les analyses montrent qu’environ 40 contaminations ont ainsi été évitées depuis sa mise en œuvre. Les Alpes-Maritimes est l’un des territoires, hors Ile de France, où le nombre de personnes bénéficiant de la PrEP est le plus élevé.

L’autre stratégie efficace est de traiter les personnes vivant avec le VIH précocement et d’améliorer leur accompagnement et leur suivi. Les études internationales menées depuis 10 ans le confirment : une personne vivant avec le VIH traitée efficacement depuis plus de 6 mois ne transmet pas le virus à son/sa partenaire. Depuis 2015, plus de 95 % des personnes vivant avec le VIH suivies dans les Alpes-Maritimes sont traitées et plus de 95 % d’entre elles ont une charge virale indétectable et donc ne transmettent pas le virus.

Face à ces données encourageantes, le COREVIH PACA Est et l’ensemble des acteurs du territoire restent mobilisés pour atteindre l’objectif Zéro Nouvelle Contamination d’ici 2030 (www.objectifsidazero.orgnotamment dans le cadre du projet « Objectif Sida Zéro : Nice et les Alpes-Maritimes s’engagent »,. Il faut pour cela accroitre le nombre de personnes utilisant la PrEP, et maintenir les personnes vivant avec le VIH dans le soin et en bonne santé.

Et surtout augmenter et répéter les dépistages du VIH et des hépatites dans les populations les plus vulnérables. En effet : trop de personnes ignorent encore leur séropositivité dans les Alpes-Maritimes, et sont diagnostiquées à un stade avancé de l’infection. Pourtant, un dépistage précoce après la transmission et un traitement débuté rapidement offrent la même qualité et espérance de vie que celle d’une personne séronégative.

Docteur Pascal Pugliese, infectiologue au CHU de Nice, Président du COREVIH Paca-Est :

« En 2019 il n’y a plus d’excuses : nous avons tous les outils pour mettre fin à l’épidémie du VIH, et nous devons les utiliser à grande échelle.

« Un tiers des découvertes de séropositivités se fait de façon trop tardive, et la moitié des découvertes concerne des personnes n’ayant jamais été testées auparavant. Le dépistage répété n’est pas encore un réflexe, en particulier chez les personnes les plus exposées.

Afin d’augmenter de manière significative la couverture du dépistage du VIH et en faire un geste simple et régulier, « Objectif Sida Zéro » lance avec « Vers Paris sans sida » dès le mois de juillet un projet pilote innovant.

Dans ces deux territoires, il sera en effet possible de faire un test de dépistage du VIH sans ordonnance et sans rendez-vous dans tous les laboratoires d’analyses médicales. Le projet durera un an et ces tests de dépistage seront pris en charge entièrement par l’Assurance Maladie. Dans les Alpes-Maritimes, nous espérons mobiliser la totalité des laboratoires sur ce grand projet. Si cette expérience est concluante, nous travaillerons à ce qu’elle soit généralisée et pérennisée pour proposer un nouvel outil nous permettant de démultiplier la possibilité de dépistage et de renforcer le combat vers la fin de l’épidémie. »

Les chiffres nationaux 2017, par Santé Publique France

En 2017, 5,6 millions de tests du VIH ont été effectués en France. C’est un chiffre en croissance, mais qui ne s’accompagne pas d’une augmentation de découvertes de séropositivités. Ce constat amène à penser que le dépistage n’est pas assez promu au sein des populations les plus exposées au VIH (hommes homosexuels/bisexuels, personnes transgenres, migrant-e-s…)

Environ 6400 personnes ont découvert leur séropositivité en 2017. C’est un chiffre stable. 56% ont été contaminés lors de rapports hétérosexuels, 41% lors de rapports entre hommes et 2% par usage de drogues injectables.

Parmi les découvertes de séropositivités chez les hétérosexuels, 75% concernent des personnes nées à l’étranger.

Le taux de découverte de séropositivité est stable chez les homosexuels/bisexuels nés en France, mais il est augmentation chez ceux nés à l’étranger.

1/3 des découvertes de séropositivités est trop tardive car survenant au stade sida. 52 % des découvertes de séropositivité en 2017 concernait des personnes déclarant n’avoir jamais été testées auparavant.

* Sources : Base Nadis au 01/01/2019 Corevih Paca-Est – CHU de Nice. Ces données sont issues de l’analyse du dossier médical partagé utilisé dans la majorité des lieux de prise en charge du VIH (CHU de Nice, CH Cannes, Grasse, …). Les données, contrôlées régulièrement, permettent de comptabiliser notamment le nombre de nouvelles personnes prises en charge pour une infection récemment diagnostiquée.

>Contacts presse

Docteur Pascal Pugliese, Président du COREVIH Paca-Est : 06 60 987 985 & Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Erwann Le Hô, vice-président du Centre LGBT Côte d’Azur : 06 72 75 27 22 & Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

005425314@24012012-296E" width="159" height="45" border="0">

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue sur le site du Comité Régional de Lutte contre le VIH PACA-Est

equipe040717

"Seul on va plus vite, ensemble nous allons plus loin"

Voici l'équipe de la nouvelle mandature du COREVIH PACA-EST.

Président : Pascal Pugliese

Vice-président : Erwann Le Hô

Bureau :

Isabelle Buchet
Cédric Etienne

Eric Cua
Eric Rosenthal

Eric Improvisi
Stéphane Montigny

Pierre Dellamonica

Céline Offerle
Arrêté de composition COREVIH PACA Est du 30 juin 2017

 

Corevih Paca-Est... Un territoire entre mer et montagne.

Le territoire du COREVIH Paca-Est couvre le département des Alpes-Maritimes et une partie du département du Var.
Il réunit les acteurs locaux pour la prévention, le dépistage et le diagnostic du Vih.
Corevih